Bilan KDP Avril 2015

Je refais un billet pour vous parler de Kindle Direct Publishing puisque le premier vous a plut. Ce mois-ci, j’ai deux livres en vente numérique sur Amazon Lundi 30 mars (J1) : Voilà plus d’une semaine que je me dis … Lire la suite

Salon du Livre de Paris

Entrer au Salon du Livre

Faut bien dire ce qui est : pour entrer au Salon du Livre, il faut faire preuve d’une certaine dose de volonté. Déjà, il faut demander l’autorisation à son supérieur parce que bon, on ne reçoit pas un prix tous les quatre matins, mais je laisse ma classe quand même… Ensuite, il faut accepter que le SDL n’ait pas envie de vous ouvrir ses portes mais avoir une bonne excuse pour y rentrer gratis quand même ; et enfin, il faut s’accrocher à son volant et serrer les fesses pendant plus d’une heure de route parmi les habitués du périph’ parisien… Au secours ! Il faut dire, qu’avec ma malle de dédicaces, pas moyen de prendre les transports en commun.

Bits-malle de livres

Et puis, dernier obstacle : il y avait l’éclipse. Grrrr… J’allais louper toute une matinée de sciences organisée à l’école autour de ce bel événement… ou pas ! Finalement, la paire de lunettes spéciale éclipse est restée planquée au fond de mon sac comme le soleil derrière ses nuages. Pas cool, les nuages, sur ce coup-là !

 

Retrouver la Dream Team

Une fois rentrée dans le saint des saints, c’est avec une malle d’une vingtaine de kilos que je slalome parmi tous les badauds pour retrouver ma Dream Team. Sabine, Ingrid, Sophie… toutes doivent bien être quelque part ! Évidemment, dans un immense salon, c’est toujours à l’opposé de l’endroit où vous êtes rentré que vos amis vous attendent… Grrrrrr bis… Je croise Sabine, prends à peine le temps de l’embrasser, me rue vers la porte d’en face… Bon, finalement, nous voilà tous réunis dans les allées du salon, à l’exception de Sophie qui doit faire des expériences autour de l’éclipse avec nos élèves… ou pas ! 😉

Selfie de groupe

Oui, je fais une tête bizarre parce que j’arrivais pas à cliquer où il fallait pour prendre ce fichu selfie !! :p

 

Puis, nous arrivons tous sur le stand de The Book Edition. Là, franchement, chapeau : l’endroit est superbe ! Et l’emplacement pour dédicacer me plaît beaucoup. La bonne nouvelle, c’est qu’on a une petite heure et demie devant nous avant de devoir être présents pour la remise des prix. Hé hé ! J’ai bien fait d’arriver de bonne heure : Salon du Livre, me voilà !

stand TBE

Bon, en si peu de temps, je n’ai pas pu voir grand-chose, et c’est la grosse frustration du moment… Mais bon, je devrais tout de même vivre un moment exceptionnel durant ce salon… Alors, je pars le cœur léger vers :

Une collection avec des titres déjantés !

Une collection avec des titres déjantés !

Des albums au format original !

Des albums au format original !

Un fauteuil confortable chez France Télévisions et une table basse en livres !

Un fauteuil confortable chez France Télévisions et une table basse en livres !

Remise du prix

Bon ça y est, on est dans la partie officielle de ma présence au Salon. Les trophées sont déballés et… Quoi ? Des trophées ? Naaaan, sans rire ! Des impressions en 3D avec la couverture de mon roman dessus : c’est juste énorme ! J’adooooore ! Oups, heu… Là, faut que je remercie… Faut que je parle…. Ouh la la, et puis y’a ma p’tite belle-maman qui verse une larme, eh beh ! Bon, allez, je me lance pour les remerciements et aussi un petit clin d’œil à ma Dream Team qui entoure si bien son écriveronne.

Bon ça y est ? J’ai fini de parler ? Cool ! Ah ? Heu… Des photos… Bon, ok, si vous insistez… On va faire ça en mode pro…

Entre Laure Lapègue (à ma gauche) et Chris Simon à ma droite, je suis trop fière ! ;)

Entre Laure Lapègue (à ma gauche) et Chris Simon à ma droite, je suis trop fière ! 😉

Entre Patrick Dombromski (à ma gauche) et Nicolas Feuze (à ma droite, le grand gagnant !)

Entre Patrick Dombromski (à ma gauche) et Nicolas Feuze (à ma droite, le grand gagnant !)

Bon, et puis les photos, ça ne sert pas qu’à faire des trucs officiels, surtout avec un décor pareil !

Je vous présent Élodie, ma super "imprimeuse" qui a pris l'avion avec Pauline pour venir me voir ! (ok ok, j'étais pas la seule qu'elles venaient voir !) ;)

Je vous présente Élodie, ma super « imprimeuse », qui a pris l’avion avec Pauline pour venir me voir ! (ok ok, j’étais pas la seule qu’elles venaient voir !) 😉

Bon, et puis, évidemment, avec ma Sabine, ça dérape toujours un peu...

Bon, et puis, évidemment, avec ma Sabine, ça dérape toujours un peu…

Dédicace

Allez, c’est le moment de passer aux choses moins sérieuses : la séance de dédicace ! C’est aussi le moment où on fils s’emballe un peu : « Ouais ! Maman, c’est trop bien, y’a plein de monde, tu vas vendre des milliers de livres ! ». Heu… Comment lui expliquer que cela ne va pas être comme ça sans briser ses rêves d’enfant ? « Alors, mon p’tit chéri, ça ne va pas être possible car maman n’a emmené que quelques dizaines de livres avec elle… » Évidemment, je ne lui explique pas que les ventes sur un Salon du Livre pour un auteur indépendant sont inversement proportionnelles à la taille du Salon ! 😉 « Allez, mon p’tit loup, va donc distribuer des flyers…! »

Les gens s’arrêtent un peu, pour découvrir les romans, et heureusement les amis passent aussi ! Merci John Erich Nielsen, Claire Roig, Élodie Dartois et Pauline Guillou, Sophie, Nicolas Feuze et sa charmante épouse pour avoir fait en sorte que l’aprem passe aussi vite

Bon, allez, 19 heures, on remballe et à l’année prochaine ! Il me reste un seule petite déception : ne pas avoir pu visiter tout le salon en tant que simple visiteuse.

Ah, et pendant que j’y pense : merci mon Amour d’être venu chercher la petite famille… pour que je puisse filer au resto avec des amis auteurs ! ^^

mailchimp

Participez au programme « Je chouchoute mes fans » en vous inscrivant, à droite, à la newsletter du site !

 

KDP : Décollage d’un premier roman numérique

Je commence ce billet-mémoire alors que mon livre est sur Amazon depuis deux jours… Alors le terme « décollage » est très largement démesuré ! 🙂 Mais je veux me souvenir (pour mes vieux jours !) de ce que vit ce roman … Lire la suite

Nouvelle année : l’heure du bilan

D’année en année

Voilà. Le 31 décembre est passé. Comme tous les ans depuis 3 ans maintenant, j’ai fait mon bilan d’auteur indépendant. Et comme tous les ans, mon chiffre d’affaire a progressé (et mes bénéfices aussi cette année, crotte, je vais payer plus d’impôts ! LOL).

Alors, bien sûr, ce n’est pas avec ce que je vends que je peux espérer vivre de mon talent d’écriveronne. Mais, pour le moment, je ne le cherche pas non plus. Mon objectif est de faire 2 dédicaces par mois maximum, donc je suis loin de ce qu’il faudrait que je fasse si je voulais vivre de mes livres.

Cette année, j’aurais même dû faire beaucoup moins d’argent que cela car je n’ai pas pu dédicacer pendant presque 6 mois au début de l’année et je n’ai pas fait mon gros week-end de dédicaces juste avant Noël comme les autres années. Et pourtant, j’ai fait mieux que les années précédentes.

Pourquoi ai-je pu mieux faire en faisant moins ?

Je pense que la sortie de mon nouveau roman « Le journal de L. » y est forcément pour beaucoup. Vous attendiez un nouveau titre et l’engouement qu’il suscite fait vraiment plaisir.

argent-balanceMais ce qui me réjouit le plus, c’est que mon postulat de base fonctionne : j’ai toujours dit que je voulais distribuer mes livres sans que cela me coûte un sou, et j’y arrive ! Certes, je ne me paye pas, mais j’ai une trésorerie qui semble solide et qui me permet de faire des rééditions sans souci. J’espère même bientôt soutenir mes projets sans forcément faire appel aux précommandes de mes lecteurs.

Auteur vraiment indépendant un jour ?

Et puis, cette semaine, j’ai eu la chance de lire un billet (merci Chris Simon qui relaie tout plein d’informations intéressantes !) d’Alan Spade, auteur indépendant lui aussi. Il a eu le courage d’arrêter son « travail alimentaire » pour se lancer à 100% dans l’auto-édition. Son bilan est très positif et fait du bien à lire : il réussit à vivre de sa passion ! Donc, c’est possible. Et cela fait beaucoup de bien à votre écriveronne de lire que des auteurs indépendants réussissent à se faire une place dans les rayonnages. Bien sûr, cela demande un investissement en temps que je ne suis pas encore prête à donner, mais cela m’ouvre une voie pour les années à venir…

likeAlors, que souhaiter pour cette année ?

Comme on n’est jamais mieux servi que par soi-même, je me souhaite de réaliser mes projets en cours dans les délais impartis. Et surtout de continuer à prendre beaucoup de plaisir à écrire pour vous et à vous rencontrer dans plein d’événements à venir.

Quant à vous, je vous souhaite de partir à la découverte de tous ces auteurs indépendants dont je fais partie et de prendre beaucoup de plaisir à les lire. J’espère que vous garderez un esprit ouvert et un œil critique (ou l’inverse si vous préférez) et que vous partagerez vos trouvailles ! (ici par exemple !) 😉

 Passez une très belle et très douce année !

commentaire blog1