Salon du Livre de Paris

Entrer au Salon du Livre

Faut bien dire ce qui est : pour entrer au Salon du Livre, il faut faire preuve d’une certaine dose de volonté. Déjà, il faut demander l’autorisation à son supérieur parce que bon, on ne reçoit pas un prix tous les quatre matins, mais je laisse ma classe quand même… Ensuite, il faut accepter que le SDL n’ait pas envie de vous ouvrir ses portes mais avoir une bonne excuse pour y rentrer gratis quand même ; et enfin, il faut s’accrocher à son volant et serrer les fesses pendant plus d’une heure de route parmi les habitués du périph’ parisien… Au secours ! Il faut dire, qu’avec ma malle de dédicaces, pas moyen de prendre les transports en commun.

Bits-malle de livres

Et puis, dernier obstacle : il y avait l’éclipse. Grrrr… J’allais louper toute une matinée de sciences organisée à l’école autour de ce bel événement… ou pas ! Finalement, la paire de lunettes spéciale éclipse est restée planquée au fond de mon sac comme le soleil derrière ses nuages. Pas cool, les nuages, sur ce coup-là !

 

Retrouver la Dream Team

Une fois rentrée dans le saint des saints, c’est avec une malle d’une vingtaine de kilos que je slalome parmi tous les badauds pour retrouver ma Dream Team. Sabine, Ingrid, Sophie… toutes doivent bien être quelque part ! Évidemment, dans un immense salon, c’est toujours à l’opposé de l’endroit où vous êtes rentré que vos amis vous attendent… Grrrrrr bis… Je croise Sabine, prends à peine le temps de l’embrasser, me rue vers la porte d’en face… Bon, finalement, nous voilà tous réunis dans les allées du salon, à l’exception de Sophie qui doit faire des expériences autour de l’éclipse avec nos élèves… ou pas ! 😉

Selfie de groupe

Oui, je fais une tête bizarre parce que j’arrivais pas à cliquer où il fallait pour prendre ce fichu selfie !! :p

 

Puis, nous arrivons tous sur le stand de The Book Edition. Là, franchement, chapeau : l’endroit est superbe ! Et l’emplacement pour dédicacer me plaît beaucoup. La bonne nouvelle, c’est qu’on a une petite heure et demie devant nous avant de devoir être présents pour la remise des prix. Hé hé ! J’ai bien fait d’arriver de bonne heure : Salon du Livre, me voilà !

stand TBE

Bon, en si peu de temps, je n’ai pas pu voir grand-chose, et c’est la grosse frustration du moment… Mais bon, je devrais tout de même vivre un moment exceptionnel durant ce salon… Alors, je pars le cœur léger vers :

Une collection avec des titres déjantés !

Une collection avec des titres déjantés !

Des albums au format original !

Des albums au format original !

Un fauteuil confortable chez France Télévisions et une table basse en livres !

Un fauteuil confortable chez France Télévisions et une table basse en livres !

Remise du prix

Bon ça y est, on est dans la partie officielle de ma présence au Salon. Les trophées sont déballés et… Quoi ? Des trophées ? Naaaan, sans rire ! Des impressions en 3D avec la couverture de mon roman dessus : c’est juste énorme ! J’adooooore ! Oups, heu… Là, faut que je remercie… Faut que je parle…. Ouh la la, et puis y’a ma p’tite belle-maman qui verse une larme, eh beh ! Bon, allez, je me lance pour les remerciements et aussi un petit clin d’œil à ma Dream Team qui entoure si bien son écriveronne.

Bon ça y est ? J’ai fini de parler ? Cool ! Ah ? Heu… Des photos… Bon, ok, si vous insistez… On va faire ça en mode pro…

Entre Laure Lapègue (à ma gauche) et Chris Simon à ma droite, je suis trop fière ! ;)

Entre Laure Lapègue (à ma gauche) et Chris Simon à ma droite, je suis trop fière ! 😉

Entre Patrick Dombromski (à ma gauche) et Nicolas Feuze (à ma droite, le grand gagnant !)

Entre Patrick Dombromski (à ma gauche) et Nicolas Feuze (à ma droite, le grand gagnant !)

Bon, et puis les photos, ça ne sert pas qu’à faire des trucs officiels, surtout avec un décor pareil !

Je vous présent Élodie, ma super "imprimeuse" qui a pris l'avion avec Pauline pour venir me voir ! (ok ok, j'étais pas la seule qu'elles venaient voir !) ;)

Je vous présente Élodie, ma super « imprimeuse », qui a pris l’avion avec Pauline pour venir me voir ! (ok ok, j’étais pas la seule qu’elles venaient voir !) 😉

Bon, et puis, évidemment, avec ma Sabine, ça dérape toujours un peu...

Bon, et puis, évidemment, avec ma Sabine, ça dérape toujours un peu…

Dédicace

Allez, c’est le moment de passer aux choses moins sérieuses : la séance de dédicace ! C’est aussi le moment où on fils s’emballe un peu : « Ouais ! Maman, c’est trop bien, y’a plein de monde, tu vas vendre des milliers de livres ! ». Heu… Comment lui expliquer que cela ne va pas être comme ça sans briser ses rêves d’enfant ? « Alors, mon p’tit chéri, ça ne va pas être possible car maman n’a emmené que quelques dizaines de livres avec elle… » Évidemment, je ne lui explique pas que les ventes sur un Salon du Livre pour un auteur indépendant sont inversement proportionnelles à la taille du Salon ! 😉 « Allez, mon p’tit loup, va donc distribuer des flyers…! »

Les gens s’arrêtent un peu, pour découvrir les romans, et heureusement les amis passent aussi ! Merci John Erich Nielsen, Claire Roig, Élodie Dartois et Pauline Guillou, Sophie, Nicolas Feuze et sa charmante épouse pour avoir fait en sorte que l’aprem passe aussi vite

Bon, allez, 19 heures, on remballe et à l’année prochaine ! Il me reste un seule petite déception : ne pas avoir pu visiter tout le salon en tant que simple visiteuse.

Ah, et pendant que j’y pense : merci mon Amour d’être venu chercher la petite famille… pour que je puisse filer au resto avec des amis auteurs ! ^^

mailchimp

Participez au programme « Je chouchoute mes fans » en vous inscrivant, à droite, à la newsletter du site !

 

Publicités

La dédicace : rencontrer un libraire

J’entame avec ce billet une série qui, je l’espère, donnera quelques pistes et astuces aux auteurs débutants.

Cela fait maintenant plus de 6 ans que j’ai la chance de partir régulièrement à la rencontre de mon lectorat.

Mais avant d’accéder au saint des saints, avant de se retrouver derrière la table, il faut avoir l’autorisation du libraire…

Qu’est-ce qu’un libraire ?

libraire

C’est un être qui fait peur. Si si ! À l’abri derrière un comptoir rutilant débordant de livres que vous n’avez jamais lus, il vous regarde pénétrer dans son antre avec un demi-sourire. Demi, parce qu’il est un peu commercial. Demi, parce qu’il aurait bien aimé avoir la paix entre une trentaine de minutes pour avoir le temps de vider ces cartons qu’un gros diffuseur vient de lui coller dans les pattes.

Le libraire, c’est celui qui connait tout sur tout les livres. Dans le fantasme collectif (et donc votre petit cerveau), il a tout lu et peut citer de mémoire, avec le numéro de la page, des paragraphes entiers de n’importe quel ouvrage. Vous êtes loin de vous imaginer qu’il reçoit des centaines de bouquins tous les mois, qu’il les range en lisant à peine leur titre (de toute façon il a un logiciel en ligne pour les retrouver !), et qu’il en bouquine tout juste deux par mois parce que le soir, épuisé, il s’endort au bout de deux pages.

Mais ce qu’il faut bien comprendre, c’est que le libraire tient à sa réputation. Il est souvent de bon conseil, d’ailleurs la dame qui entre juste derrière vous est allée directement lui demander un bon thriller. Comment fait-il ? Le libraire est curieux (ce qui est un bon point pour vous) même s’il demeure méfiant. Car s’il tient à sa réputation, il tient surtout à sa caisse enregistreuse. Je ne vous avais pas dit qu’il était un peu commercial ?

Comment approcher le libraire ?

guépard caché

Attention au libraire : il est dans son milieu naturel, si vous n’êtes pas un client, vous êtes un intrus ! Alors, déjà : souriez ! Il vous prendra encore pour quelques instants pour un client et conservera son demi-sourire. Jusqu’à ce que vous sortiez votre livre de sous votre manteau (ben oui, il pleut dehors !).

Là, le libraire vous aura immédiatement identifié comme un auteur ! Comment le sait-il ? Parce que, sous ses airs débordés, il connaît toutes les couvertures des livres qui peuplent (1) son magasin. Et votre couv’, là, elle ne lui dit rien !

D’ailleurs, vous avez plutôt intérêt à ce qu’elle lui parle, cette couverture, sinon, c’est pas gagné… Comment savoir si l’exemplaire plaît à un libraire ? Mise en situation…

Moi : « Bonjour, Monsieur le libraire ! » (avec un sourire à me péter les zygomatiques !)

Le libraire : « Ah ! Mme Carville  ! Heureux de vous revoir ! » (Oui, là, ça part plutôt bien, je le connais ce libraire !)

Moi : « Moi aussi ! Je viens vous voir parce que j’ai un nouveau bouquin et j’aimerais bien une date pour une dédicace chez vous… »

Le libraire : « Ah oui ? C’est quel genre ? »

Moi : « Un polar fantastique… Le voici d’ailleurs. » (Là, je lui tends mon livre pour qu’il le regarde)

Le libraire : « Super ! On va prendre date. » (Et il range MON livre sous SON comptoir… Hé ! Mais… Heu… Bon, ok…)

Bref, si le libraire sent que votre bouquin en vaut la peine, dites au revoir à votre exemplaire unique !aurevoirMalgré tout, restez humble. Facile : levez le nez et regardez les centaines de titres qui s’entassent sur les étagères. Voilà, vous êtes calmés, là ? Pour autant, prouvez au libraire que vous êtes un professionnel : expliquez-lui les différentes étapes de l’élaboration de votre livre, et si vous travaillez avec des professionnels, dites-le ! Il est toujours rassurant de savoir qu’un correcteur professionnel ou qu’un maquettiste qualifié s’est occupé de votre chef d’oeuvre.

Enfin, ne soyez pas à cheval sur les dates (non, on ne vous proposera pas la veille de Noël tout de suite, il y a quand même peu de chance !) : vous prendrez les dates que le libraire aura la gentillesse de vous proposer. À vous de faire bonne impression lors de la dédicace pour espérer avoir d’autres dates !

Quelques astuces

ordinateur2

Avant d’aller courir par monts et par vaux, aller toquer à la porte de votre libraire. Il vous connaît en tant que client et sera sans doute plus enclin à vous écouter en tant qu’auteur.

Ne cherchez pas des dédicaces trop loin de chez vous : ces journées sont fatigantes et, si vous les cumulez en plus de nombreux kilomètres, vous finirez par ne plus avoir envie d’aller signer vos livres.

Faites jouer votre réseau d’amis : chacun connaît un libraire en bas de chez lui, ou une librairie agréable qu’il fréquente. Faites-vous annoncer. Demander à vos amis de commander vos livres chez leur libraire. Ce dernier entendra donc parler de vous. Et si vos amis ont un peu de culot, ils peuvent même tenter de glisser à leur libraire qu’ils connaissent l’auteur…

Pour les grosses librairies, téléphonez avant pour demander les horaires de présence du chef de rayon. Tant que vous ne connaissez pas bien ces librairies-là, mieux vaut parler au Bon Dieu qu’à ses Saints. Lorsqu’on vous connaîtra mieux, vous pourrez vous permettre de demander des dates aux libraires avec qui vous aurez sympathisé.

Prochain article : préparer son bardas pour le grand jour.

 

(1) Spéciale dédicace à ma première lectrice, Sophie !

Les coulisses : Cultura Franconville

Les dédicaces, c’est bien. Mais le plus chouette, c’est ce qu’on ne vous montre jamais, non ? Voici donc un petit aperçu de ma journée au Cultura de Franconville.

Aujourd’hui, il faut installer une atmosphère festive : Noël est proche, ne l’oublions pas. Vous noterez donc la présence de la superbe guirlande rouge et des petites boules de même couleur.

Karine Carville1Comme je ne suis pas la seule à dédicacer dans le magasin aujourd’hui, il faut faire la différence. Pour cela, mes dédicaces (toujours très personnalisées) seront elles aussi aux couleurs de Noël. Les lecteurs adorent : le petit message pour le frérot ou la tantine fait mouche. Vive les stickers !

Stickers NoëlEt puis, entre deux passages de lecteurs (messieurs dames, ne soyez pas si pressés et arrêtez-vous pour discuter un peu, promis, vous n’êtes pas obligés d’acheter !), je vis de grands moments…

  • Une femme marche avec des talons impressionnants tout en téléphonant. Elle est pressée. Je la vois repasser quelques minutes plus tard : son téléphone est rangé mais elle a repris sa canne pour marcher et claudique… #personnagederoman
  • Je tends mon flyer à une dame qui le prend et me le rejette à la face en s’exclamant : « Ah non ! Je ne lis pas ce genre de choses ! ». Oups ? Je regarde mon flyer : je l’ai plié à l’envers et tout ce que cette dame a vu est la présentation gothique d’Esteb. Elle n’a même pas regardé les autres pages… #personnagederoman
  • Je me penche pour attraper ma pochette de flyers et… les pieds de la chaise plient sous moi ! Gadin en cours, je me rattrape comme je peux et réussis miraculeusement à ne pas tomber par terre. Autre miracle : tout mon stand ne s’écroule pas non plus. Je vais demander une prime de risque à ma prochaine dédicace… #métierdangereux
  • Je papote avec James Tollum, écrivain en fantasy. Pfffff, encore un livre à acheter dans les mois à venir, faut que j’arrête de trouver les autres auteurs sympa… #écriveronneruinée

Comme d’habitude, j’oublie de demander à mes lecteurs de se faire prendre en photo avec mon livre pour ma page Facebook… Dites, vous ne pourriez pas m’y faire penser ? Merci. 🙂

Enfin, au bout de plusieurs heures de dédicaces, il y a toujours un moment où ça dérape…

Karine grimaceSamedi prochain, le 20 décembre, je serai tout l’après-midi à l’Espace Culturel de Chambly ! De nouvelles aventures en perspective.

commentaire blog1