NaNoWriMo

« Hein ? Mais en quelle langue tu parles, Karine ? »
Je vous répondrais bien « anglais », mais pour le coup ça ressemble plus à du Burgonde, non ?


Bref, tout ça pour vous dire que le mois de novembre est de retour (ou presque) et que le NaNoWriMo aussi (ou presque !).

Le NaNo, Késaco ?
Le NaNoWriMo est un mot inventé par les anglais pour désigner le « National Novel Writing Month », autrement dit le Mois National de l’Écriture de Roman, ce qui aurait donné en français « MoNatÉcRo » ce qui était beaucoup moins classe, non ?
Le NaNo (vous me permettrez de l’appeler par son petit nom) est donc un moment fort dans l’année des auteurs puisqu’il les pousse à écrire plus. En réalité, le but de ce challenge (ou défi en français !) c’est de permettre à ceux qui vont s’y tenir de produire un roman en un mois. Impossible, dites-vous ? Si si. À raison de 1666 mots par jour, vous aurez écrit 50 000 mots sur le mois, ce qui correspond à la moyenne du nombre de pages d’un roman édité.
Vous vous rendez compte ? En commençant le NaNo le 1er novembre, vous pourriez avoir terminé votre roman le 31 du même mois.

Bon, ok, je ne précise pas l’année…

Pour moi, cela représente presque le double de ce que j’écris au quotidien pour la partie fictionnelle de mon métier.

Un challenge un peu biaisé
La NaNo d’aujourd’hui ne ressemble cependant plus tout à fait au NaNo d’il y a 10 ans. Ni même 20 ans, d’ailleurs. Car si le premier NaNo regroupait 21 participants en 1999, il regroupe aujourd’hui plus de 300 000 passionnés d’écriture (chiffre 2017). Ce sont donc des participants du monde entier (et plus seulement des USA) qui écrivent durant ce mois de novembre.
Quant aux 50 000 mots, le chiffre peut varier selon les écrivains puisqu’en réalité on peut paramétrer son NaNo selon la quantité de mots que l’on pense devoir écrire réellement. Eh bien oui, 50 000 mots c’est une base, mais certains auteurs sont déjà sur l’écriture d’un projet et il ne leur manque que 20 000 mots pour le finir alors que d’autres qui démarrent savent déjà qu’ils vont écrire un roman court et peuvent paramétrer leur NaNo pour 35 000 mots par exemple. Je ne parle pas de ceux qui sont déjà à 40 000 mots avant le début du challenge et veulent atteindre les 120 000 !
Au final, le vrai but de ce challenge est surtout de nous pousser à écrire tous les jours pour avancer au maximum sur notre projet. Pour ma part, je me relance dessus cette année avec mon nouveau thriller que j’espère finir durant le NaNo (je m’engage un peu en disant cela sachant que mes problèmes actuels sont plus structurels que scripturaux).

Les outils du NaNoWriMo
Le côté très sympa du défi, c’est qu’on est accompagné durant tout le mois. Ceux qui parlent anglais vont pouvoir découvrir pas mal de ressources et de forums en ligne. Pour les autres, dont moi, il y a tout de même des fonctionnalités sur le site qui sont intéressantes et accessibles.
Par exemple, comme on informe tous les jours la plateforme de notre avancée en terme de mots, on obtient un joli graphique qui nous indique si on est dans les clous (1666 mots par jour) ou non. Cela permet de nous booster quand on voit une baisse de régime car, il ne faut pas se voiler la face : un mois à ce rythme c’est long !
Et puis, il y a les « buddies », comprenez les copains qui sont dans la même galère que vous et qui ont, eux aussi, besoin d’encouragements. On papote, on se motive entre nous, on scrute l’avancée de chacun pour rester dans la course le plus longtemps possible.
Il y a aussi des badges que l’on gagne selon les actions que l’on met en place (compléter sa bio, avoir des buddies, écrire son premier chapitre, atteindre les 10 000 mots…) et même si cette fonctionnalité est très « basique », cela fait toujours plaisir de voir sa collection de badges augmenter au fil du mois.

Pour ceux qui aimaient déjà collectionner les Pokémons, vous allez vous régaler !

Mon NaNoWriMo
Cela fera la troisième fois que je vais participer au NaNo, avec des résultats très différents. Je n’ai jamais terminé un livre grâce à ce challenge, mais j’ai écrit plus de 32 000 mots d’un roman grâce à lui. J’espère faire mieux cette année !
Le NaNoWrimo, c’est surtout pour moi l’occasion d’améliorer ma productivité durant ma routine d’écriture et de dépasser ma moyenne de mots habituelle. Si je pouvais sortir du NaNo en produisant dans les 1200 mots par jour en moyenne, ce serait tout aussi gratifiant que d’avoir terminé mon thriller. Je vais devoir planifier des séances d’écriture plus longue, me couper des réseaux sociaux aussi (oui, j’avoue, je reçois les notifications pendant que j’écris !), et anticiper le début du NaNo en structurant davantage mon thriller.

Et vous ? Vous avez déjà tenté un défi d’écriture, quel qu’il soit ?
Si vous avez envie de voius lancer dans l’aventure du NaNoWriMo, retrouvez-moi sur leur site et demandez-moi en « buddies » (KarineC). Et si vous avez envie d’une aide plus poussée pour profiter à fond de ce challenge, je peux aussi vous proposer un coaching individuel.

8 réflexions sur “NaNoWriMo

  1. Moi aussi je me lance dans le NaNo cette année, c’est la première fois! Comme je suis en année de césure et qu’en plus il y a le confinement, j’arrive pour l’instant à faire les 1667 mots quotidiens, j’espère pouvoir tenir comme ça tout le mois! ^^’
    Bon courage à toi en tout cas!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s