Salon du Livre de Courtry

Il y a quelques mois, des amis m’ont contactée car ils cherchaient des auteurs pour mettre en place un tout nouveau salon du livre sur la Ville de Courtry. Sachant que j’aurai alors à promouvoir l’espiègle Fée Cassatette, j’avais accepté, comme je le fais souvent lorsqu’il s’agit de nouveaux salons. Pourtant, je sais d’expérience que ce ne sont pas ceux-là qui me permettent de faire le plus connaître mes livres, mais, que voulez-vous, j’aime essuyer les plâtres ! 😉

Samedi, me voici donc partie avec l’un de mes fils pour le Salon du Livre de Courtry. Une bonne indication pour savoir si un premier salon va bien se passer ou pas est la facilité de le trouver. L’affichage en ville et le fléchage sont des éléments-clefs qui peuvent inciter un passant (qui passait !) à faire un détour imprévu vers le salon du livre. Or là, pas de souci : banderoles, affichage sur les panneaux de pubs, il faudrait être de mauvaise volonté pour le louper ! (Ou alors décider que son GPS n’est pas performant et n’en faire Cassatette, mais je ne m’étendrai pas sur ce sujet…). 😇

Après un petit saut chez mes amis chez qui je retrouve Philippe Wolff, Betty Séré de Rivières et du jus de fruit, nous voilà à l’entrée de la salle. C’est grand et très bien aménagé. Les couleurs déterminent les espaces jeunesse ou adulte et, bien évidemment, avec la Fée Cassatette, je déballe mes petites affaires du côté jeunesse, tout en posant en bout de table Le Tueur Sans Nom… J’espère ne pas avoir traumatisé d’enfants durant cette journée, ni de parents non plus, d’ailleurs ! 😂

C’est tout le problème quand on porte plusieurs étiquettes : il est difficile de trouver sa place dans ce genre de manifestation. La seule solution qui me vienne en tête, serait de m’aménager une estrade avec des néons lumineux « Auteur d’exception » qui pourrait enfin qualifier mon travail à sa juste valeur… 🤪

Petit inconvénient au fait que la salle soit grande, il y a donc pas mal de concurrents à abattre de collègues à découvrir. Et en premier, mes deux amis qui, avec le titre « Elémi » sur la protection de l’environnement et « Princesse Cépagrave » sur l’acceptation de la différence vont faire un carton, je le sens ! Je les aide autant que possible en renvoyant vers eux des personnes qui s’arrêtent sur mon stand (ben oui, en fait les auteurs indés et les petits éditeurs s’entraident volontiers dans ces salons, vous imaginiez quoi ? 😝 ). Mais ce qui est sûr, c’est que plus il y a d’auteurs, moins il y a de ventes, c’est assez mathématiques !

Et comme un premier salon attire moins de lecteurs qu’un salon installé depuis des années, le fait qu’il y a pas mal d’auteurs amoindrit encore les ventes.

Mais il ne faut pas oublier que l’on n’est pas dans un salon que pour vendre ses livres, et ben non ! On est là aussi pour :

  • Rigoler avec les copains auteurs qu’on n’a pas vu depuis longtemps
  • Papoter avec les lecteurs
  • Retrouver nos fans
  • Découvrir nous aussi les auteurs qu’on ne connaît pas
  • Rigoler avec les copains auteurs que… ah, je l’ai déjà dit ?
  • Se créer un réseau de professionnels avec qui on partage les mêmes idées
  • Faire de belles rencontres
  • Rigoler avec les copains… heu… ok…

Avec Philippe Wolff et Betty Séré de Rivières

Et les rencontres, c’est ce qu’il y a de plus chouette !

Il y a cette auteure, Séverine SILBERT, avec sa série « Ténégria » (Young Adult) qui me fait de l’œil (la série, pas l’auteure, m’enfin !). Et le peu que j’ai le temps d’apprendre de son parcours (à l’auteure, pas à la série, vous suivez ou bien ?!) me fait beaucoup penser au mien. Il ne me reste plus qu’à découvrir ses livres.

Ou bien encore cet autre auteur publié chez Rebelle, Roger Pascault, dont le bouquin « La disparue du Gévaudan » me donne vraiment envie de me plonger dans cette enquête.

Ou encore l’illustratrice Auréline B dont les dessins et les petites créations me plaisent beaucoup aussi…

Et aussi Mélanie Baranger qui a édité un livre sur des histoires d’adoption de chiens au profit d’une association « Amours de chiens – histoire des chiens de Roumanie ». Eh oui, cela sert aussi à cela l’auto édition !

Ah, et sans oublier le passage de Monsieur le Député Rodrigue Kokouendo qui a eu la gentillesse de passer un moment avec moi sur mon stand et de repartir avec mon recueil de nouvelles « La Vieille Dame, le Rien et les autres… ». Reste à espérer qu’il ne se fasse pas prendre en train de les lire à l’Assemblée car, visiblement, il lui a été difficile d’attendre la sortie du Salon du Livre pour les commencer…

Et puis, il y a vous, qui lisez ces lignes et qui êtes peut-être passés… Monsieur Tung, Nathalie, Taïssa et bien d’autres… J’espère que vous avez eu le temps d’ouvrir mes livres depuis samedi et que vous y avez trouvé ce petit quelque chose qu’on y cherche tous : un moment de détente, d’évasion, loin de notre quotidien. Si j’ai réussi cela, alors j’ai réussi mon premier salon du livre de Courtry !

Dernier message important :

Et avant de partir, on n’oublie pas d’aller télécharger mon nouveau polar ! 🙂

Le Tueur Sans Nom : c’est parti !

Allez, hop, on y est !

Depuis ce matin, mon nouveau roman est en ligne sur Amazon. La mise en ligne a été très rapide hier puisqu’il a été accepté en moins d’une heure, à ma grande surprise. Bref, j’ai dû tomber sur un bon créneau horaire pour proposer mon livre ! 😉

LIVRE 3D v002 TSN COUV epub 1

Mais de quoi parle-t-il ? Petit résumé…

Des familles entières sont assassinées dans la région parisienne et les flics sont sur les dents. Aucun lien ne semble les relier les unes aux autres, si ce n’est la façon particulière dont le tueur se débarrasse des enfants. Très vite, le lieutenant Karen Spergo soupçonne que l’enfance du psychopathe est liée à ces crimes horribles, mais parviendra-t-elle à lire son histoire dans le sang qu’il laisse derrière lui ?

En bref

Un bon gros polar dans lequel je me suis permis bien plus de choses que d’habitude… Oui, votre écriveronne s’est lâchée ! Au fil des ans, mon écriture a évolué et je sens que mes histoires aussi. Elles se noircissent… Enfin, ce n’est que mon avis, vous me donnerez le vôtre ! 🙂

Et à propos d’avis, voici quelques avis de blogueuses littéraires qui ont lu cet épisode en avant première.

Tribulations littéraires : « J’avais lu juste avant un policier avec comme personnage principal une femme lieutenant totalement clichée et ça m’a fait du bien de voir que là, oui Karen est une dure à cuire et en même temps il le faut bien vu son métier, mais que l’auteure n’a pas oublier aussi que c’est une femme qui a des projets et des envies et de voir qu’elle a préféré créer un personnage qui nous semble vraiment humain et pas une machine de guerre qui arrête tous les méchants de l’histoire. »

Sophie Songe : « L’enquête ne fait que commencer, et on a des sueurs froides… On sent que c’est le début d’un cercle infernal qu’il  faut à tout prix arrêter. Se rapprocher du tueur, identifier son profil à partir du mode opératoire va devenir la tâche de Karen et une envahissante obsession. »

Les lectures de Blandine : « Un petit point sur le style de l’auteure qui est vraiment très agréable à lire. J’ai pris un réel plaisir pendant les quelques pages de ce premier épisode. »

Allez, j’espère que je vous ai ouvert l’appétit… Il est donc temps de vous jeter dessus ! Surtout que chacun des 4 épisodes ne sera qu’à 0,99€.

Dates de sortie des prochains épisodes :

  • 10 avril : épisode 2
  • 20 avril : épisode 3
  • 30 avril : épisode 4
  • 13 mai : l’intégrale inédite

Samedi 20 juin : venez chercher vos livres, vos cadeaux et d’autres surprises au Bôcal d’Argenteuil

C’est l’heure du bilan.

Samedi prochain, j’aurai le plaisir de remettre gratuitement Nouvelle Donne aux heureuses (ouaip, que des filles !) gagnantes du jeu des précommandes. Bravo donc à :

  • Christine Lecoin
  • Bénédicte Gelpi
  • Géraldine Pollet
  • Sophie Forti
  • Guylaine Piolet

Grâce à vous, mesdames, mais aussi aux 51 autres fans qui ont précommandé mon nouveau roman, ce dernier sera livré mardi prochain, avec de beaux marque-pages. Tiens, je ne vous les ai pas montrés, ceux-là ?

MarquesPages_4.25X21cm_NouvD_v03Chouette, hein ?

Allez, rendez-vous samedi prochain au Bôcal à partir de 16 heures pour fêter tout ça !

KarineCARVILLE Affiche Bocal 2015 v02bassedef

Pendant ce temps, je commence à préparer de quoi faire une belle vitrine…

achat du matériel

Lancement de NOUVELLE DONNE au Bôcal d’Argenteuil

Oyé oyé !

C’est officiel : le lancement de Nouvelle Donne aura lieu dans la superbe boutique Le Bôcal à Argenteuil le samedi 20 juin à partir de 16 heures.

KarineCARVILLE Affiche Bocal 2015 v02bassedef

Venez chercher l’exemplaire que vous avez commandé et fêter ce bel événement avec la Dream Team et l’équipe du Bôcal ! On boira un p’tit coup, on discutera du livre, et vous repartirez sans doute avec un peu plus que votre livre… Mais chut ! Je ne peux pas vous dévoiler les surprises maintenant !

Alors, on se retrouve le 20 juin ?

Le Bôcal

130 Rue Paul Vaillant Couturier

95100 Argenteuil

Avancée de la parution de Nouvelle Donne, votre romance de l’été

Quel samedi ! Hier, la Dream Team s’est réunie pour boucler la maquette de Nouvelle Donne. De 14 heures à presque 23, nous avons travaillé sans relâche pour que le roman puisse partir chez notre imprimeur Copy Media d’ici quelques … Lire la suite

Bilan KDP Avril 2015

Je refais un billet pour vous parler de Kindle Direct Publishing puisque le premier vous a plut. Ce mois-ci, j’ai deux livres en vente numérique sur Amazon Lundi 30 mars (J1) : Voilà plus d’une semaine que je me dis … Lire la suite

Quand les rus forment une cascade impétueuse

Ouais, impétueuse, parce que cet adjectif est trop classe et que je n’arrive jamais à le caser dans mes bouquins (bon, il est un peu ringard aussi, j’avoue !)…

Mais revenons à notre cascade. Non, je ne suis pas partie pour vous faire un cours de sciences et vie de la Terre (quoi que, ne me cherchez pas trop non plus !), je vais plutôt vous parler marketing des ebooks.

STOOOOP !! Inutile de vous sauver, lâchez cette souris sans geste brusque, oui, je sais, parler de comment vendre un livre dans un pays qui fantasme sur l’écriture, est tabou. Pourtant, pourquoi croyez-vous que vous ayez tous les Goncourt dans votre bibliothèque ? Parce que les éditeurs n’ont pas ce genre de tabou et savent comment vous faire acheter leurs bouquins même quand ils sont nuls… Ah, non, ça ne se dit pas ça, encore un truc tabou, je barre !

OLYMPUS DIGITAL CAMERACes derniers jours se succèdent des billets sur la réussite ou les échecs des ventes dans l’auto-édition et du marketing lié à cela. Je suis ces billets car, débutante dans le domaine (ouais, bon, pas tout à fait, mais en numérique, si !), je me pose encore plein de questions sur comment promouvoir mes livres. Qu’est-ce qui vous fait cliquer, vous lecteurs, sur une couverture plus que sur une autre ? Qu’est-ce qui vous fait finaliser un achat de livre ? Le prix entre-t-il en compte ? Quelle est la place du résumé de la quatrième de couverture ? (Si vous voulez fournir des réponses à ces questions qui me turlupinent, n’hésitez pas dans les comm de ce billet !) 😉 Mais surtout : quelles actions puis-je mettre en place pour faire découvrir mes livres aux millions de personnes qui ne savent même pas qu’ils existent (ah, les sagouins !) 😉

Tout a commencé avec Thibault Delavaud qui livre un billet-mémoire sur son activité numérique des derniers mois et déplore que s’il baisse les bras du côté marketing, les ventes baissent aussi. Il indique aussi que la concurrence est plus féroce mais, comme beaucoup d’entre nous, il ne la craint pas : il y a bien assez de lecteurs et de livres différents autoédités pour que chacun trouve sa place !

D’ailleurs, comme il ne faut laisser passer aucune occasion, je vous rappelle que Le journal de L. cartonne sur Amazon (oh ça va, j’exagère à peine !) et que vous pouvez vous le procurer en cliquant sur l’image suivante pour le prix dérisoire de 0,99€ !

LIVRE 3D v002 livreL PrixPolar

Puis, ce fut au tour de Guy Morant d’ajouter sa pierre en nous parlant de ses stratégies marketing actuelles. La liste d’abonnés est mise en avant avec un subtil scrolldown (Guy, si vous me lisez, j’en souris encore… Vous allez voir que je vais finir par cliquer, comme quoi ça marche cette fenêtre !) qui n’apparaît que tous les trois mois. La liste d’abonnés, un appui indispensable pour les auteurs qui leur permet de tisser des liens privilégiés avec vous, lecteurs, dans un donnant-donnant où tout le monde y gagne.

Donc, j’en profite bien sûr : si vous voulez vous faire chouchoutez par votre écriveronne, abonnez-vous au programme « Faites-vous chouchouter » et recevez des infos, des actus, des promos en exclusivité et une nouvelle inédite ! (Et en même temps, passez sur le site de Guy pour faire pareil, vous allez voir, ils sont chouettes ses articles !).

mailchimp

Participez au programme « Faites-vous chouchouter » pour découvrir des informations et des avantages exclusifs. (Là, juste en haut à droite) 🙂

Et enfin, ce fut le tour de Chris Simon de nous parler de ses stratégies marketing en mettant en avant une foire aux cadeaux spéciale auto-édition qui devrait bientôt avoir lieu : encore une stratégie innovante qui a pour but très clair d’unir les auto-édités pour montrer aux lecteurs encore sceptiques que, nous aussi, nous pouvons rivaliser avec les grandes maisons d’édition.

Certes, tout reste à inventer : nous n’avons pas les moyens de mettre de la pub pour nos livres dans les journaux ou les magazines, mais nous sommes très présents dans votre quotidien sur les réseaux sociaux. Parmi les auteurs édités et connus, il y en a peu qui prennent vraiment le temps de discuter avec vous, sans l’intermédiaire d’un Community Manager. C’est peut-être aussi cela la force des auto-édités : supprimer les intermédiaires en vous et nous, être au plus près des avis de ses lecteurs, avoir une gloire discrète ? Bref, être accessibles.

Voilà pourquoi mon billet ne s’appellera pas « ricochet » comme celui de Chris Simon, mais « Ou quand les rus forment une cascade impétueuse ». Les rus, c’est nous, la cascade notre avenir… peut-être ?

cascades

PS : Alors ? Vous voyez bien que c’est pas vilain-pas-beau le marketing des bouquins, hein ?